Des huiles essentielles et des cheveux (partie 1/2)

Rappels
huile essentielle huile végétale
huile essentielle hydrolat
Prudence : ce n’est pas parce qu’un produit est naturel qu’il n’est pas allergène ! Certaines huiles essentielles sont des perturbateurs endocriniens !
Les publics « fragiles » (enfants, femmes enceintes, personnes âgées, épileptiques, asthmatiques, cas de pathologie hormono-dépendante…) doivent être particulièrement précautionneux avec les huiles essentielles.

essential-oil-9

Les huiles essentielles sont des médicaments.

Les huiles essentielles sont souvent utilisées et même conseillées (à tort !) comme de simples produits aromatiques. Ce n’est pas parce qu’on parle d’aromathérapie qu’il faut confondre les huiles essentielles avec de vulgaires parfums.

Les huiles essentielles sont des extraits végétaux très concentrés. Elles doivent être dosées à la goutte près — en moyenne, 1 g d’huile essentielle correspond 35 gouttes.

À quoi mélanger les huiles essentielles ?

Les huiles essentielles étant des produits très concentrés, il est généralement conseillé de les diluer. Certaines huiles essentielles sont irritantes voire dermocaustiques. Prenez toujours soin de vous renseigner sur les huiles essentielles que vous comptez utiliser (les fiches de la Compagnie des sens sont une bonne source d’informations). Certaines huiles essentielles sont photosensibilisantes (exemples : citron, pamplemousse) ; en cas d’application sur la peau, il vaut mieux éviter toute exposition au soleil pendant 24 h. Certaines huiles essentielles sont des perturbateurs endocriniens (cf. les références en fin d’article).

C’est un fait assez connu, les huiles essentielles ne sont pas miscibles dans l’eau (elles ne se mélangent pas, comme l’huile et l’eau).

Les huiles essentielles sont miscibles dans une huile végétale (ou autre corps gras) ou un spiritueux blanc (vodka, tequila, rhum, gin…), ou encore de l’alcool dénaturé (90°).
À défaut de ces ingrédients, on peut aussi mélanger les huiles essentielles à du lait, de la crème ou du yaourt, à du vinaigre blanc ou encore à un mucilage (exemples : gel de graines de lin ou jus d’aloe vera) — par précaution, le mieux est de préparer et de mélanger juste avant utilisation.

Les plus pressés peuvent toutefois faire un mélange express : une goutte d’huile essentielle dans un petit flacon d’eau muni d’en embout vaporisateur (spray) que l’on secoue très fort juste avant de l’utiliser (il ne faut pas laisser le temps à l’huile essentielle de se séparer de l’eau).

Comment utiliser les huiles essentielles dans les cheveux ou sur le cuir chevelu ?

Aromathérapie : art de soigner par les huiles essentielles. C’est une super-phytothérapie (phytothérapie : art de soigner par les plantes).
Aromatologie : utilisation des huiles essentielles dans le domaine du bien-être.
Aromachologie : utilisation de fragrances dans le domaine du bien-être.

Les huiles essentielles étant des médicaments naturels, elles devraient être réservées à un usage thérapeutique (aromathérapie pour traiter un problème précis), à raison d’une à trois gouttes maximum

  • dans un masque capillaire (mayonnaise, miel, etc.) ;
  • dans un bain d’huile(s) (que ce soit sur les cheveux ou sur le cuir chevelu) ;
  • dans la dose utilisée de shampooing ou dans le no poo ;
  • dans la dose utilisée d’après-shampooing ;
  • dans un « leave-in » (soin sans rinçage) ou dans une eau de rinçage (secouer très fort et utiliser la totalité tout de suite) ;
  • etc.

Les personnes utilisant un shampooing ou un après-shampooing en flacon peuvent, pour plus de simplicité, ajouter directement une ou plusieurs huiles essentielles dans la bouteille (sans oublier de bien la secouer ensuite). Un dosage fiable et a priori sans risque important (dosage dit cosmétique) peut aller jusqu’à 5 % maximum (par précaution, je conseille 3 % maximum) — entre 0,5 et 2 % suffisent… Exemple : pour 250 mL, 1 % représente 2,5 mL, ce que l’on peut arrondir à 90 gouttes d’huile(s) essentielle(s). Attention aux propriétés et aux contre-indications des huiles essentielles utilisées !
Au-delà de ce pourcentage, le dosage est dit « thérapeutique » : consultez un professionnel.

En cas de traitement long, ne pas oublier les « fenêtres thérapeutiques » ; en règle générale, on conseille une semaine sans huile essentielle après trois semaines d’utilisation régulière. (En cas de traitement quotidien, la fenêtre thérapeutique peut prendre la forme de deux jours d’arrêt tous les cinq jours.)

Attention, par précaution, les huiles essentielles sont interdites pour les femmes enceintes ou allaitantes.
Plus précisément, les huiles essentielles sont interdites durant le premier trimestre de la grossesse et certaines huiles essentielles sont autorisées durant le 2e et le 3e trimestres, à condition de les utiliser en respectant scrupuleusement les indications données (quantité et voie d’administration) par un professionnel.

7 huiles essentielles pour les cheveux et pour le cuir chevelu

Tout le monde n’a pas les moyens ni l’envie de faire une collection de flacons d’huile essentielle. S’il ne fallait en posséder qu’une, ce serait l’huile essentielle de lavande (lavande fine, lavande officinale, lavande vraie). Antiseptique par excellence (antibactérienne, antifongique, antivirale), c’est une véritable panacée : elle peut servir à soigner à peu près tout… pour un peu, elle ferait le café !

L’automédication ne remplace pas l’avis d’un professionnel. Les huiles essentielles sont des extraits végétaux très concentrés ; les huiles essentielles sont dangereuses lorsqu’elles sont mal utilisées (utilisées pures, pas assez diluées, utilisées trop souvent, etc.). Vous n’avez qu’un seul foie, n’en abusez pas.

Voici une sélection de sept huiles essentielles parmi les plus utiles en aromathérapie pour traiter les affections du cuir chevelu et pour renforcer les cheveux.

Noms de l’huile essentielle Problèmes à traiter
lavande fine (très proche de la lavande officinale ou lavande vraie) : Lavandula angustifolia ou Lavandula officinalis ou Lavandula vera
  • Toutes les affections de la peau (bactéries, virus, champignons)
  • Douleur
  • Démangeaisons
  • Eczéma
  • Peau sensible
  • Parasites (notamment les poux)
  • Plaie (cicatrisant)
  • Pellicules
  • Chute de cheveux (alopécie)
  • Cheveux ternes
  • Cheveux gras (cuir chevelu qui produit trop de sébum)
  • Etc.
arbre à thé (aussi appelé tea tree) : Melaleuca alternifolia

(Attention, cette huile essentielle est irritante. Éviter de l’utiliser pure, sauf éventuellement pour désinfecter une plaie.)

  • Champignons
  • Affections bactériennes et virales
  • Dermite séborrhéique
  • Psoriasis
  • Zona
  • Parasites (notamment les poux)
  • Pellicules
  • Chute de cheveux
 citron : Citrus limonum
(Attention, cette huile essentielle est photosensibilisante. Irritante : ne pas l’utiliser pure.)
Note : selon le problème à traiter (voir partie 2), on peut lui préférer la mandarine verte (irritante) ou le pamplemousse (photosensibilisante et dermocaustique).
  • Cheveux gras (cuir chevelu qui produit trop de sébum)
  • Cheveux ternes
  • Chute de cheveux
 cèdre de l’Atlas : Cedrus atlantica

(Attention, cette huile essentielle est irritante : ne pas l’utiliser pure.)

  • Chute de cheveux
  • Cheveux gras (cuir chevelu qui produit trop de sébum)
  • Pellicules
 géranium rosat (meilleure qualité : géranium bourbon) : Pelargonium asperum

(Attention, cette huile essentielle est irritante : ne pas l’utiliser pure.)

  • Impétigo
  • Psoriasis
  • Démangeaisons
  • Dermite séborrhéique
  • Champignons (mycose)
  • Peau sensible
  • Cheveux gras (cuir chevelu qui produit trop de sébum)
  • Cheveux secs, ternes
  • Chute de cheveux
  • Pellicules
 palmarosa : Cymbopogon martinii (variété Motia)
  • Affections bactériennes, mycoses et autres problèmes de peau (eczéma, psoriasis…)
  • Douleur
  • Pellicules
  • Parasites (notamment les poux)
  • Chute de cheveux
ylang-ylang : Cananga odorata
(Attention, cette huile essentielle est irritante : ne pas l’utiliser pure.)
  • Cheveux secs
  • Chute de cheveux (stress, pollution)
  • Douleur (cuir chevelu sensible)

Petit guide : quelle(s) huile(s) essentielle(s) pour quel problème ?

Afin d’éviter de faire un article trop long, cette partie fait l’objet d’un article à part : voir des huiles essentielles et des cheveux (partie 2/2).


Références
– Plante essentielle, Dosage des huiles essentielles par voie cutanée
– Dominique Baudoux, Aromathérapie, 2017, éditions Dunod, 544 pages
– Jean-Michel Morel, Traité pratique de phytothérapie, 2008, éditions Grancher, 620 pages
– François Couic Marinier, Le guide Terre vivante des huiles essentielles, 2017, éditions Terre vivante, 410 pages
– Danièle Festy, Ma bible des huiles essentielles, 2008, éditions France Loisirs, 560 pages
– Sylvie Hampikian et Alexandra Perrogon, J’embellis mes cheveux, 2014, éditions Terre vivante, 120 pages
– Fiches et forum de la Compagnie des sens
– The Herbal Academy, Choosing Essential Oils Carriers
– Les personnes souffrant d’une maladie hormono-dépendante doivent faire très attention. Certaines huiles essentielles sont suspectées d’être voire reconnues comme étant des perturbateurs endocriniens : cèdre, cyprès, sauge sclarée, patchouli, niaouli, thym à thujanol, lavande, arbre à thé (tea tree), etc. Beaucoup n’ont sans doute même pas encore été étudiées sous cet angle. [1] [2] [3]


Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s