DIY : le shampooing solide facile !

J’avais envie d’essayer d’en faire, alors j’en ai fait ! (Et plusieurs fois pour pondre un article un tant soit peu fiable.)

Concernant la recette, j’en ai « créé » une en m’inspirant d’un chouette article des Carnets de Tinùviel, mais dont les dosages ne me convenaient pas (trop de tensio-actif à mon goût, comme dans toutes les autres recettes que j’avais trouvées sur l’Internet).
Lasse de voir plein de recettes compliquées partout sur le Web, j’ai décidé d’en faire une qui comporte peu d’ingrédients : 4 minimum (en comptant l’eau qui sert à diluer le tensio-actif) dont seulement moins de 40 % de tensio-actif (SCI) dans le produit fini.
MàJ : voir la recette avec moins de 30 % de tensio-actif dans le produit en fin d’article.

Note : ce « shampooing solide » peut parfaitement servir de pain de « savon sans savon » pour laver le visage et/ou le corps (ne pas frotter la barre partout mais se laver uniquement avec la mousse).

shampooing solide facile
Note : je conseille d’utiliser des moules avec moins de relief pour tasser la préparation dedans plus facilement et éviter l’effritement des shampooings lors du démoulage.

Recette de Cheveux d’O (vas-y comme j’me la pète !)

Pour environ 100 g (ce qui me fait deux shampooings solides ; il faut savoir que ça dépend de la taille des moules utilisés)…

recette shampooing

La recette du shampooing d’O se veut simple et modulable (en fonction des produits qu’on a chez soi). Il est ainsi possible de remplacer l’eau (du robinet ou en bouteille) par un autre liquide (de l’hydrolat, un lait végétal, du vinaigre, etc.), de mettre une ou plusieurs poudres, d’utiliser l’huile végétale qu’on veut… De par sa douceur, c’est un produit polyvalent utilisable également pour le visage (et même pour le corps).

Pourquoi un shampooing solide ? C’est économique et ça se transporte plus facilement qu’une bouteille de shampooing (aucun risque de fuite dans le sac, ça peut passer dans un bagage cabine en avion puisque ce n’est pas liquide…). Autre qualité remarquable : étant donné que c’est un produit sec, la recette ne comporte aucun conservateur. Et puis tout simplement il y a plein de gens qui préfèrent les shampooings solides, voilà.
Le shampooing solide est un syndet (galet de « savon sans savon »), ce n’est pas la même chose qu’un savon.

Qu’est-ce que le SCI ? SCI signifie « sodium cocoyl isethionate ». C’est un tensioactif réputé plus doux que le SCS (sodium coco sulfate) habituellement utilisé pour faire les shampooings barres maison.
Où en acheter ? Malheureusement, je ne sais pas où un particulier peut en acheter, à part sur Internet.
Pourquoi ce tensio-actif anionique et pas un non ionique ? Parce que je n’ai pas trouvé de tensio-actif plus doux vendu sous forme solide ou à un prix honnête… (Voir les MàJ en fin d’article.)
Note : si vous n’avez que du SCS à disposition, vous pouvez, quelle que soit la recette, remplacer la part de SCI par autant de SCS — dans ce cas, je vous conseille plutôt la recette verte en fin d’article car c’est la plus douce.

Quelle(s) poudre(s) utiliser ? Poudres lavantes : argiles (verte, blanche, rhassoul, etc.), farine de seigle, farine de pois chiches, aritha (ou reetha), jujubier (sidr), shikakai, etc. Poudres de plantes : ortie, rose, orange, mandarine, cannelle, etc.
Poudres de cuisine : amidon de maïs (plus connu sous le nom de marque Maïzena, mais il y en a d’autres !), farine de riz, poudre d’avoine, etc.
Prendre soin de toujours utiliser des poudres les plus fines possible. Attention à certaines poudres exfoliantes (comme la cannelle, le café…) qu’il faut doser avec modération.
J’ai fait mes premiers tests en utilisant 10 g de shikakai, 10 g de rhassoul et 20 g d’ortie (ce qui donne une couleur et un parfum « herbeux » au shampooing, parfum qui part au rinçage), ou encore 10 g de shikakai, 10 g de rhassoul et 20 g de jujubier (sidr).

shampooings ortie
shampooings à l’ortie qui sentent le vert

Bon à savoir : contrairement à une croyance populaire, il n’est pas nécessaire d’utiliser un beurre végétal pour que le shampooing tienne, ça marche aussi avec de l’huile !
J’avais fait mes premiers essais avec de l’huile de coco (qui est solide en dessous de 25 °C), mais par souci éthique (et écologique) j’ai décidé de ne plus en utiliser. J’ai donc réitéré l’expérience avec de l’huile d’olive (celle que j’utilise pour cuisiner), le résultat était tout aussi satisfaisant !

Et pour le parfum ? Libre à vous d’acheter un extrait aromatique ou une fragrance cosmétique si vous le souhaitez. Je ne recommande pas l’utilisation d’huiles essentielles car ce sont des produits très concentrés, souvent dermocaustiques (ça bouffe la peau) à employer avec parcimonie. (Les huiles essentielles sont des produits actifs, pas juste des parfums !) Idéalement, les huiles essentielles ne doivent pas être chauffées afin de conserver toutes leurs propriétés (autant dire que je trouve ça fastidieux dans le cas de la préparation d’un shampooing barre).
En ne mettant aucun extrait aromatique, l’odeur du shampooing dépend des poudres utilisées (par exemple, avec 20 g d’ortie, ça sent la plante). Cette odeur part de toute façon après rinçage.

Quel type de moules utiliser ? Je recommande chaudement d’utiliser des moules en silicone (sinon bonjour le démoulage impossible) assez profonds (je dirais au moins 3 cm, ce qui permet au shampooing d’être plus solide) et avec peu de relief (pour limiter les risques d’effritement au démoulage, cf. les petits trous dans les shampooings solides que j’ai faits).

Est-ce que ça lave ? OUI. C’est un shampooing quand même… c’est le but, que ça lave ! (Même qu’il mousse en plus.)

Comment utilise-t-on un shampooing solide ? On évitera de le frotter sur les cheveux mouillés, ce qui pourrait créer des nœuds inutilement. Le mieux est de frictionner le shampooing solide dans ses mains mouillées pour le faire mousser et d’utiliser cette mousse pour laver le cuir chevelu (cheveux trempés, comme avec un shampooing classique). Cette façon de procéder garantit un lavage doux. La méthode est la même lorsqu’on utilise le syndet pour laver le visage et/ou le corps.
Il est très important de laisser le shampooing solide sécher après chaque lavage (c’est-à-dire qu’il ne se conserve pas sur le rebord de la baignoire ou de la douche dans un récipient constamment rempli d’eau).


recette shampooing miel

Pour cette variante (testée et approuvée, évidemment), j’ai simplement utilisé ce que j’avais sous la main : du rhassoul, du miel d’acacia (au cas où vous vous poseriez la question, c’est un miel liquide) et de l’huile d’olive. J’ai également essayé avec de l’amidon de maïs, du miel d’acacia et de l’huile d’olive : une réussite !


Comment procéder…

  1. Préparer et peser tous les ingrédients.
  2. S’il y a plusieurs poudres de plantes, les mélanger ensemble.
  3. Faire chauffer au bain-marie l’eau et le SCI. Remuer un peu.
  4. Ajouter la ou les poudres en mélangeant bien le tout (poudres, eau et SCI).
  5. Incorporer l’huile végétale et touiller jusqu’à obtenir un mélange homogène. Le résultat devrait être une pâte facile à travailler, grâce à la chaleur.
  6. Ôter du feu.
  7. Si votre recette contient du miel et/ou une (ou plusieurs) huile(s) essentielle(s), les incorporer hors du feu et après avoir laissé le mélange refroidir quelques instants.
  8. Tasser la préparation dans un ou plusieurs moules en silicone.
  9. Mettre les moules au congélateur. Les oublier une heure ou plus (plutôt plus).
  10. Sortir du congélateur. Démouler.

C’est tout !

shampooing solide
Une fois le mélange sorti du feu, il refroidit et devient vite plus difficile à travailler. Miam.

Peut-on baisser le pourcentage de SCI ?

Bien qu’un shampooing solide avec 40 % de tensio-actif donne déjà un produit lavant assez doux, il est possible de faire des shampooings solides avec encore un peu moins de tensio-actif : grâce à cet article très intéressant de Mon Made in Home, je sais qu’il est possible de descendre jusqu’à 30 %. (Pour tout vous dire, j’ai déjà essayé de descendre en dessous de 25 %… c’est possible mais assez tendu.) L’intérêt de baisser le pourcentage de tensio-actif est d’obtenir un produit fini plus doux ; mais, plus on baisse ce pourcentage, plus il est délicat d’obtenir un résultat bien solide (temps de séchage allongé voire, dans le pire des cas, obligation de tout refondre). C’est pour cette raison que toutes les recettes les plus connues contiennent un pourcentage élevé de tensio-actif(s) (entre 60 et plus de 80 % !) : pour assurer un rendu très solide, au détriment de la douceur (et donc du bien-être du cuir chevelu et des cheveux).

Voici une recette contenant un peu moins de 30 % de SCI dans le produit fini. Je vous invite à l’essayer pour vous faire votre propre avis sur le dosage du tensio-actif dans la recette et son incidence sur la solidité du shampooing.

recette shampooing tres doux

Je n’ai pour ma part jamais eu de problème de solidité avec cette recette. Depuis que je l’ai formulée, c’est celle que je reproduis à chaque fois que j’ai besoin de nouveaux shampooings.


MàJ mai 2017 : un tensio-actif solide plus doux ?

Grâce à Zoé, je découvre l’existence du sodium lauroyl lactylate (SLL ou E481) qui est plus doux que le tensio-actif SCI (celui que j’utilise pour faire mes shampooings solides). Vendu notamment sur le site Les essentielles de Cristine, le SLL se présente sous la forme d’une « pâte dure ». C’est un émulsifiant (il permet de mélanger huile et eau) et un tensio-actif très doux (« non ionique »).

Bien qu’il soit admis plutôt inoffensif en lui-même (à vrai dire, il a peu d’études sur l’innocuité du SLL), je ne le recommande pas à cause de sa capacité à pénétrer la peau et à faire pénétrer des ingrédients dans celle-ci (je trouve que c’est imprudent).
Ceci dit, si vous faites une recette contenant des ingrédients actifs (attention, renseignez-vous bien…) dont vous tenez absolument à ce qu’ils pénètrent votre peau ou vos cheveux, le SLL est l’ingrédient idéal.


MàJ septembre 2019 : un autre tensio-actif solide plus doux ?

Depuis plusieurs mois, un autre tensio-actif solide a le vent en poupe. Il serait plus doux, plus vert, tout plus mieux que le SCI ! et répondrait au doux nom de sodium lauroyl methyl isethionate (SLMI). Un administrateur du groupe facebook® Aroma-Zone addicts a mené l’enquête… eh bien, quelle déception ! En effet, comparé au SCI, le SLMI est un poil plus doux et un soupçon plus biodégradable… mais bigrement plus coûteux.
(Plus précisément, on est sur une différence de 2 % en termes de douceur et de 10 % et des poussières en termes de biodégradabilité après 28 jours — le SCI étant déjà biodégradable à près de 80 % passé ce laps de temps. Côté prix, on trouve facilement du SCI vendu à 20 euros le kilo… contre 70 euros le kilo de SLMI.)

Bref, ce tensio-actif si révolutionnaire en apparence n’est en vérité qu’une énième façon de vous extorquer toujours plus d’argent grâce au marketing.


153 commentaires

  1. Bonjour
    Pour faire un shampoing solide est on obligé de mettre une poudre lavante ?
    Je voudrais un shampoing pour ma fille cheveux gras pellicule grasse et démangeaisons
    Que me conseilleriez vous ?
    Merci

    J'aime

    • Bonjour Sandy. Je vous prie de m’excuser pour ces mois de retard. Il n’est absolument pas obligatoire de mettre une poudre dite lavante dans un shampooing solide, au contraire. 🙂 C’est le tensio-actif qui fait son pouvoir lavant.

      J'aime

  2. Super article pour avoir les bases de la confection de shampoing solide et on peut varier la composition à l’infini c’est génial ! J’ai testé un shampoing solide vert avec 30g de maïzena et 10g de cannelle +10g de miel avec 20g d’hydrolat de citron ! Le résultat est top, pour mon premier shampoing solide maison je valide complètement et je vais maintenant tester d’autres combinaisons notamment avec de la poudre d’ortie et d’orange fait maison !
    Merci pour ce partage

    J'aime

  3. Bonjour, j’ai essayé la recette mais le sci ne fond pas et il reste plein de paillettes comme des grumeaux dans le shampooing solide final. C’est la deuxième fois que j’ai ce problème, ça avait été pareil avec une autre recette.
    Je me demandais si je pouvais utiliser du slsa un autre tensio actif qui me paraît plus fin?
    Merci d’avance

    J'aime

  4. Bonjour,
    Après quelques essais / achats de shampoing solide naturels sur internet, je me suis lancée et j’ai essayé votre recette de shampoing doux (30g tensioactifs, 40g rhassoul, 10g miel, 20g huile d’olive) et je suis absolument ravie ! Merci beaucoup pour cette recette, elle est parfaite.

    J'aime

  5. Bonjour,

    Merci pour votre recette. Y a t il une astuce pour bien mélanger la poudre de plante au mélange SCI+eau ? Car j’ai des grumeaux que je n’arrive pas à enlever une fois l’ajout fait. Merci d’avance

    J'aime

    • Bonjour Aline. Je vous prie de m’excuser pour mon retard. J’espère que vous avez trouvé une solution depuis… ^^’ Je n’ai jamais eu de problème particulier de grumeaux persistants, peut-être parce que je suis minutieuse (à un degré horripilant) donc je prends toujours mon temps pour mélanger, jusqu’à ce que je sois satisfaite du résultat. Quand on fait des crêpes, le truc pour éviter les grumeaux, c’est d’ajouter la farine petit à petit et de mélanger au fur et à mesure… ça peut être une solution. 🙂

      J'aime

  6. Bonjour !

    je souhaite/pense me lancer dans la confection de shampoo solides sous peu et j’aurais svp quelques questions.

    J’aurais besoin, en fait, de 2 shampoo solides : un « quotidien » et un « crise dermite séborrhéique » (racines grasses, pellicules grasses, démangeaisons, etc…).

    Pour le shampoo solide DS (dermite séborrhéique) j’ai « peur » que 20 grammes d’huile(s) fassent trop et je souhaite donc en réduire la quantité. y a t’il un minimum obligatoire pour la quantité d’huile ? je me disais que 10 à 12 grammes seraient peut-être pas mal mais du coup comment procéder svp ? je mets tous mes ingrédients en même quantité que vous et à la place des 20 grammes d’huile je mets que 10/12 grammes ou faudrait-il du coup « recalculer » les ingrédients ?

    Pour le shampoo « quotidien » (que j’utiliserais pas tous les jours mais en période non crise), je pensais diminuer la quantité d’huile à 15 grammes au lieu des 20. du coup, comme précédemment, même quantité que vous et je réduis juste l’huile ou recalcul des quantités ?

    j’ai lu dans votre article que l’on pouvait remplaçait l’eau par du vinaigre : on remplace l’intégralité de l’eau par du vinaigre ou « eau + vinaigre = quantité que vous avez indiqué pour l’eau » ? si on met du vinaigre, y a t’il un « pourcentage » à respecter par rapport à l’eau ? par exemple, si je pars sur 20 ml de liquide / phase aqueuse 20% max de vinaigre et le reste d’eau…

    En espérant être claire (il n’est pas très tôt, je commence à m’endormir un peu sur mon clavier. Désolée) et avoir vos conseils avisés.

    Merci

    J'aime

    • Bonjour. Je vous prie de m’excuser pour cette réponse vraiment très très tardive… J’espère que vous avez trouvé une solution depuis le temps !

      Les 20 g d’huile végétale dans la recette ne sont pas une contre-indication pour la dermite séborrhéique puisque les 40 g de tensioactif garantissent que cette huile ne restera pas sur la peau.

      Réduire de moitié la quantité d’huile induit deux changements : la texture finale sera certainement différente (sans doute un peu plus friable) et le pouvoir détergent du syndet sera accentué (l’huile servant à l’adoucir).
      Cela dit, rien n’empêche de faire des tests ! 🙂 En enlevant simplement 5 g d’huile par exemple. Et ensuite si la texture est bonne et qu’on juge encore le pouvoir détergent insuffisant, en faisant un test avec 10 g d’huile seulement. (Inutile de tout recalculer.)

      On peut parfaitement remplacer les 10 g à 20 g d’eau par autant de vinaigre alimentaire sans le diluer. Le vinaigre étant principalement de l’eau, le syndet en contenant peu et enfin le lavage s’effectuant sur peau et cheveux mouillés (et de préférence uniquement avec la mousse du syndet), l’acide acétique ne sera pas en quantité suffisante pour avoir une action irritante. (En revanche, il sera en quantité suffisante pour donner une odeur de vinaigre au syndet ! odeur non persistante après rinçage, je vous rassure.)

      Vous étiez très claire dans votre message. Je suis encore désolée de vous répondre avec tant de retard.

      J'aime

    • Bonsoir et merci pour votre réponse (ne vous inquiétez pas pour le « retard » j’avais oublié que j’avais laissé un commentaire sur votre blog).

      Je vous avoue que oui, j’ai essayé une recette autre que la vôtre depuis mais je ne la referais pas : tip top pour mes démangeaisons du cuir chevelu (dermite séborrhéique) et moins de pellicules grasses mais trop de « gras » (beurre de cacao + huiles végétales = 30% du poids à la préparation).

      Du coup je reviens vous embêter car j’ai de nouvelles questions 😊
      La quantité de miel utilisée dans votre version « très douce » peut elle être remplacée (partiellement ou intégralement) par du sirop d’agave ou du gel d’aloé véra ?

      Merci pour votre aide et vos conseils.

      Mélissa

      J'aime

      • Bonsoir. 🙂

        Effectivement 30 % de graisse ça commence à faire… après ça peut être compensé par une certaine quantité de tensioactif (mais à trop rajouter de tout, on risque de faire du gâchis inutile).

        Oui, dans toute recette cosmétique, vous pouvez remplacer du miel par un autre sirop (puisque le miel est justement un sirop). 😉 J’ai une préférence pour le sirop d’érable. ❤
        J'ai songé plusieurs fois à modifier les recettes en ce sens (remplacer « miel » par « sirop(s) ») mais je crains de tomber dans l'abstrait total pour les néophytes — principal public auquel s'adressent mes recettes simples (déjà que « poudre(s) » c'est vraiment très vague…).

        En revanche, sirop (sucre liquide, visqueux) et mucilage (eau gélifiée, visqueuse) ne sont pas équivalents et ne peuvent donc pas se substituer l'un à l'autre dans une recette cosmétique.

        Je dois vous dire que mes recettes simples sont destinées à donner un produit lavant relativement doux sans autre prétention. Pour traiter une affection cutanée, on peut ajouter des ingrédients spécifiques dans ses produits d'hygiène mais il vaut mieux compter sur des soins traitants à part entière (un lavage n'étant pas un soin). J'espère sincèrement que vous en viendrez à bout.

        Bonne soirée. 🙂

        O

        J'aime

    • Bonjour. Je vous prie de m’excuser pour cette réponse tardive. Je n’ai pas de « poudre » à vous conseiller en particulier car ce n’est pas ma spécialité (je ne m’y intéresse pas pour diverses raisons, la principale étant que je privilégie la phytothérapie mettant en avant des plantes locales non broyées). Concernant les huiles essentielles, je vous redirige vers mon double article sur les huiles essentielles (partie 1 et partie 2). J’espère que vous y trouverez suffisamment d’informations pour vous aiguiller efficacement. 🙂 Bonne continuation.

      J'aime

  7. Bonjour,

    Je voulais vous poser une petite question…
    J’ai suivi votre recette shampoing doux avec 30 gr de SCI et 40 gr de poudre (+ miel etc)…
    Dans ma recette habituelle je mets 30 gr de sci et 20 gr de poudre… (ici dans la vôtre j’ai mis 40 gr comme indiqué + le miel)… concernant les huiles je mets 20 gr comme vous dans ma recette habituelle donc la seule différence c’est plus de poudre et le miel

    Mais en séchant j’ai l’impression que certaines fissures apparaissent et qu’il commence à se craqueler (je ne l’ai pas encore tester car il date de dimanche)… Serait-ce dû à la présence de plus de poudre ???

    J’ai aussi procédé comme indiqué et comme je fais toujours d’habitude à savoir : SCI + eau…. puis ajout des poudres … puis des huiles et miel et he à la fin.
    donc à priori de ce côté là aucun changement 🙂

    Merci d’avance 🙂

    J'aime

    • Bonjour. Je vous prie de m’excuser pour cette réponse très tardive… :/

      A priori je pencherais pour un léger manque de tassement du mélange dans le moule. Cela me paraît le plus probable puisque vous aviez l’habitude d’une recette apparemment avec une teneur plus élevée de tensioactif et surtout un pourcentage limite moitié plus faible de poudre.

      Dès le départ, je n’ai jamais essayé de faire un syndet avec davantage que 40 % de tensioactif. Cela dit, d’après les témoignages que j’ai lus, j’ai compris que plus il y a de tensioactif et plus il est facile d’obtenir un rendu solide. Et au contraire, plus il y a de poudres diverses (sachant que celles-ci ne sont en règle générale pas hyper fines) et plus c’est compliqué de les faire tenir en un morceau. Alors quand on réduit la part de tensioactif pour augmenter celle de poudre végétale, ça peut demander un temps d’adaptation.
      Je ne sais pas si je suis très claire…

      Dans tous les cas, ça n’altère pas les qualités lavantes du produit.
      Une astuce si on a éclaté le syndet (s’il est tombé par terre, que quelqu’un l’a un peu écrasé, etc.), qui n’est pas de moi mais que j’ai lue plusieurs fois : tout mettre dans un sachet d’organza (comme pour les bijoux fantaisie) et continuer à l’utiliser ainsi tranquillement. 🙂

      J'aime

  8. Bonojur, je fabrique mes shampoings d’après votre recette, avec poudre de shikakai, guimauve et rose de damas. je voudrais réaliser une couleur avec du henné, est ce que votre recette convient pour cheveux colorés par la suite, ou faut-il modifier la recette avec des poudres spécifiques ou sci ?

    J'aime

    • Bonjour. Je vous prie de m’excuser pour cette réponse tardive… Vous avez peut-être déjà expérimenté et trouvé votre solution qui vous convient.

      Les shampooings d’O sont plus doux que la moyenne, neutres et personnalisables. En conséquence, on peut très bien les utiliser sur cheveux colorés sans problème. Un shampooing spécifiquement « pour cheveux colorés » est un shampooing plus doux que la moyenne (pour limiter l’altération de la couleur) et éventuellement enrichi de pigments (pour raviver la couleur). Ainsi, il est envisageable d’inclure, par exemple, du Lawsonia inermis (c’est le henné qui donne une coloration rousse) en poudre dans la recette du shampooing d’O. À noter : la grosseur des grains (des poudres choisies) a une influence sur la solidité du syndet obtenu (mais pas sur l’efficacité du lavage) : plus la poudre est fine, mieux c’est. (Les poudres de henné n’étant pas particulièrement fines d’après mon expérience (sauf bien sûr un henné BAQ : « body art quality »), je vous donne au cas où une astuce que j’ai beaucoup croisée sur la toile pour récupérer un syndet en miettes : tout mettre dans un sachet en organza et continuer à l’utiliser sans encombre.)

      Une pratique courante après une coloration au henné (après l’avoir laissé poser plusieurs heures puis rincé à l’eau claire) est d’attendre au moins deux jours avant tout lavage, afin d’éviter de faire dégorger la couleur de façon précoce.

      J’espère que cela vous aide un peu.

      J'aime

  9. Testé et vraiment parfais.
    Comme poudre J’ai mis de l’argile blanche, mélangée a de l’alma Bio et du tulsi Bio.
    Comme huile végétale J’ai mis de l’abyssinie.
    J’ai testé celui avec le miel car j’ai des pellicules.
    Résultat vraiment au top je recommande pour les débutantes comme moi.
    J’ai acheté tous les ingrédients sur aroma zone.

    J'aime

  10. Bonjour, je viens de tester le shp vert, premier essaie concluant même si j’ai fait un peu ma blonde j’ai pas laisser assez dans le congel (trop pressé de m’en servir), cheveux tout doux et facile à démêler. Super article.

    J'aime

    • Bonsoir Coralie. Merci beaucoup pour votre retour ! 🙂
      (Le passage au congélateur n’est pas obligatoire : cette étape me sert à solidifier à coup sûr le syndet pour le démouler facilement. D’autres préfèrent laisser le syndet sécher à l’air libre plusieurs jours (solution préférable si on a mis 20 g d’eau dans la recette). La texture du syndet n’a pas d’incidence sur l’efficacité du lavage.)

      J'aime

  11. cette recette me parait très sympa. de plus on peut aisément contourner le problème des tension actifs trop basiques qui ne sont pas du tout faits pour les cheveux en ajoutant un produit acide afin de rendre le PH proche du cuir chevelu (environ 4). ce serait mon unique ajout à ces recettes très intéressantes !

    J'aime

    • Merci pour votre retour ! 🙂

      Il y a du pour et du contre le pH acide d’un produit lavant. (J’ai toujours lu que le pH du cuir chevelu était similaire au pH du reste de la peau, aux alentours de 5.) Pour la peau, un pH basique présente l’avantage de mieux lutter contre le développement fongique (en cas de déséquilibre de la flore cutanée ou de mycose). Pour les cheveux, un pH acide présente l’avantage de lisser la cuticule du cheveu. Cela dit, comme indiqué dans l’article, on peut très bien remplacer l’eau dans la recette par du vinaigre. Ou encore, après le lavage (et le rinçage à l’eau claire qui a un pH neutre), utiliser une dernière eau de rinçage acidulée.

      J’ai voulu rester simple pour que cet article soit accessible même aux plus néophytes ; et je sais (compte tenu de la simplicité des recettes et des ingrédients conseillés dans cet article) qu’il n’est pas nécessaire de contrôler le pH des syndets obtenus d’après ces recettes simples.
      Pour autant, le pH est une donnée importante en cosmétique maison et vous avez raison de le signaler. 😉

      J'aime

  12. Bonjour, super article!
    Pour les 10g de miel (liquide) peut-on les remplacer par une poudre (ex poudre de miel) ou il doit impérativement être remplacé par du liquide ? S’il doit être remplacé par un liquide, plutôt une huile (ou beurre?) ou ce doit être simplement le miel directement ?

    J'aime

    • Bonsoir. 🙂 Je n’ai jamais travaillé avec du miel en poudre ; cela dit, logiquement, s’il est broyé très finement, il devrait être incorporé assez facilement dans le mélange. Vous pouvez aussi remplacer le miel par un autre sirop (sirop d’érable par exemple). En revanche il ne serait pas judicieux d’ajouter une graisse car la recette en contient déjà une quantité suffisante (un ajout de graisse aurait un impact sur le pouvoir lavant du syndet).

      J'aime

  13. Bonjour,

    tout d’abord j’adore votre recette et la clarté de vos explications merci beaucoup pour vos articles détaillés ❤
    J'aimerai ajouter de la glycérine et ne sait si je devrai remplacer un peu de la partie "eau" par de la glycerine ou si je devrai en mettre en plus (et dans ce cas rajouter de la poudre ?). Sinon j'avais pensé a mettre de la poudre de guimauve afin que le shampoing soit plus hydratant mais je crains que le mucilage que produit cette poudre au contact de l'eau vienne changer la texture ( j'avais voulu improviser quelque chose a partir de votre recette avec de la creme d'avoine c'était de devenu etrange, trop long a secher et j'ai eu peur que des bactéries se développent).
    Sinon je vient d'apprendre que votre recette au miel pouvait se faire avec du sirop d'érable alors je vais surement essayer cela !

    Merci 🙂

    J'aime

    • Bonsoir Suzanne. Merci beaucoup pour votre commentaire. ♥️
      À votre place je ne me prendrais pas la tête et je tenterais avec 5 g de glycérine (avec 10 à 15 g d’eau dans la recette) — et si cela fonctionne, éventuellement voir pour augmenter le dosage de glycérine à la session suivante si vous le souhaitez.
      Très intéressante votre idée de faire avec de la crème d’avoine ! Dommage que ça n’ait pas fonctionné… Un produit mou, humide, reste tout à fait utilisable mais ne peut pas être conservé longtemps donc il faut vite le finir (dans un bain ?).

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s